lundi 18 février 2013

Spider-Man Universe 4 - Décembre 2012

Couverture : J'aime bien ce genre de couverture où l'on voit un « visage » séparé en deux. Ici on a à gauche, le symbiote tel que Flash Thompson le porte habituellement, et à gauche la version que portait Eddie Brock. Et puis, ça reflète une partie de l'histoire du jour.

Venom : Tout d'abord, je dois dire que depuis le début de cette série, j'aime bien comment sont traités Flash et le symbiote. D'une part l'ancien soldat est prêt à tout pour ne plus se sentir inutile, et d'autre part le symbiote extraterrestre fait parfois des siennes, comme en témoigne d'ailleurs le premier épisode de cette revue.
Ceci dit, je pense que Flash aurait du savoir qu'il pouvait compter sur l'aide de Cap et des Vengeurs. Etant soldat, je crois qu'il juge Cap suffisamment intègre pour l'aider...
Le « road-trip » avec Jack O'Lantern est plutôt bourré d'humour noir, et perso, j'ai plutôt apprécié cette partie. Ce nouveau Jack n'est d'ailleurs pas inintéressant, et on sent bien qu'il n'a pas fini d'en faire baver à Flash.
Ensuite, on a la récupération du symbiote de Toxin. Là, j'ai tiqué, car aux dernières nouvelles, il était porté par Patrick Mulligan... J'espère que l'on aura une explication rapidement, mais je n'y crois malheureusement pas trop =/
La rupture avec Betty Brant est assez prévisible, et la dernière page laisse espérer un combat de folie.
Dernière remarque : dans cet arc, on évoque Toxin et Anti-Venom sous les noms de Toxine et Anti-Venin. Passe encore pour le premier qui ne se voit qu'une lettre de rajouter, mais le second ayant un pseudonyme très explicite quant à son antagonisme par rapport à Venom ( qui est accessoirement le personnage principal et le nom de cette série !), cette traduction est très déplacée...

Spider-Man & Punisher : Nous sommes ici en présence d'un épisode clairement bouche-trou, et j'avoue qu'il ne me motivait pas trop. Ceci dit, quand je me suis enfin décidé à le lire, je l'ai trouvé plutôt intéressant, au final. Craig est le genre d'ado qui tourne mal, mais cette histoire permet de le comprendre un peu (étant donné qu'elle se déroule de son point de vue), sans pour autant l'excuser.